Jasmin Leblanc

2020

Pourquoi les photos simples et épurées sont la norme en termes de beauté et d’esthétisme ? La complexité d’une image ne renvoie-t-elle pas à un simple niveau de contemplation ?

Une oeuvre moins attirante oblige-t-elle le spectateur ou la spectatrice qui la regarde à participer à la rendre vivante par l’attention qu’elle suscite ?

Je me suis penché sur ces questions durant la réalisation du projet que je vous présente. J’insuffle une forme de vie à des objets recyclés et construis des mises en scènes grandeur réel dans un environnement contrôlé.

Dans un procédé de déconstruction* mes mises en scène photographique cache parfois un détail si bien masquer ou trop bien agencé qu’il semble faux. Le faux génère une vérité alors j’explore les possibilités d’association dans l’ensemble. Le tout est Mise en forme et aboutira à des tableaux. J’utilise beaucoup la représentation comme procédé.

En appliquant la déconstruction, j’élimine les fonctions initiales des objets trouvés dans la rue. Un concept imagé prend forme lorsqu’un objet m’inspire. Il devient une pièce maîtresse et tout gravitera autour pour la conception visuel.

Vient ensuite la période de recherche et développement, souvent relié à des tests et des échecs. 

Pour enfin en aboutir à la simplicité dans toute sa complexité…..

*Terme emprunté à la sociologie analyse la façon dont les choses « évidentes » ou prise pour acquises sont en faites construites. On les déconstruit pour montrer comment elles sont faites, socialement déterminées.

Matérialiser la nature comme l’homme fait en la surexploitant et en la polluant. Bonne visite!

419_JasminLeBlanc_vignette01-reduite
419_JasminLeBlanc_vignette02-reduite
419_JasminLeBlanc_vignette03-reduite
419_JasminLeBlanc_vignette04-reduite
419_JasminLeBlanc_vignette05-reduite
419_JasminLeBlanc_vignette06-reduite